16/11/2007

tiens...

René et Radka come and play with us for ever and ever II

Rod Steward (époque première) dans le métro, une jolie phrase dans la Langoureuse d'Etienne Ethaire, un jeune qui embrasse son chien, bras compris, une dame qui dit merci quand on lui cède la place, je suis la première sur l'escalator, comme une grimpeuse au maillot blanc à pois roses, dehors, le soleil éblouissant et une mouette en pleine ville, un pain au chocolat sans sucre fondu dessus avec la barre coulante chaude entre les dents et un bruit de vent comme dans les films, une DS noire qui me laisse traverser, au bout de la rue, un arbre qui se plie... suffit de 12 min littéraires pour vous rappeler à la vie et aux larmes qu'on aime.

(Merci la Vie? seulement si c'est Anouk Grinberg qui joue ma doublure)

Les commentaires sont fermés.