19/12/2007

bile-an (pourri le jeu de maux!)

Norbert Guthier NUDE ISoup Opera. Kombucha & Sepia Party. No Sea.
la notion de perdition encrée dans le moule de la main. c'est une histoire d'histoire, d'écriture rapide et vivace, de vrilles bariolées sur le mur blanchâtre. la tour de babille susurre à l'oreille de la page. Il faut aimer pour écrire. Il faut se détester pour écrire. le versant sanguinolent du juste retour des choses, on affiche, on s'crucifie, on claudique entre les eaux spirales. la version du bien contre l'aversion du bail. "On" ne réside que dans sON réel, fourbe et joyeux de trahir le rêve. Le mirage se retourne dans ta tourbe, visionnaire dépositaire du plus petit effort. Dans la fente noire, un petit tronc grandit, il véhicule les nerfs, les intentions, les pratiques et tout le monde est d'accord, je vaux bien mieux qu'un principe organique... bien mieux. viscères serrées. l'argent des pauvres vaut mieux que le vicié des rats bourgeois. souvenirs de banned lieux. 
incommunicabilité drogue dure. Urgence de l'à peu près.
déraison hivernale, il va falloir configurer le Lego (L+Ego).

Les commentaires sont fermés.