02/06/2008

Artémis, chienne de vies

mamelles_du_mondeArtémis, prends moi entre tes bras, pour ce qu'il te reste.
Me voici sensorielle aux tétins, perceptible au dehors, matérielle et incarnée, macaque déridée, je deviens une gravité perturbable. Les papillons dans la grotte entrent et sortent, plus rien ne retient leur lumière, leur reflet, plus rien, même pas ma volonté. L'anus enflé de la gorge gonflée, les lèvres rebondies enclenchent le processus. Je suis les organes de près, les observe, les subis la nuit, presque.
Même le pied, la main, le doigt, la phalange, l'ongle, tout devient dur, fort, l'éternuement, un délice, le pet, un régal, la suée, une technique de vente... ce corps, pris en otage par la levure céleste, est un corps vivant, mazeltov!

Les commentaires sont fermés.