15/03/2009

blanc kyste

angelle d'un jour - pingouin

c'est à l'heure de l'entretien que je réponds aux questions invisibles. J'ai saisis des silences, des cris et des vigueurs qui finalement ressemblent à des choix sûrs, durs, purs.

j'aurais pu nier, dénigrer, reléguer au plan arrière ces certitudes que l'on place dans le fond du pot, terreau. finalement, la confiance face à l'autre, face au miroir déformant a donné le ton, je suis ainsi, je suis des aussi, je suis ce si là.

et quand vient le temps du relatif, de l'énoncé, je me positionne, je me donne le temps d'être ce que je vois. Beaux sont ceux qui s'ignorent, comme dans un livre où le personnage ne se sait pas personnage et où l'auteur regarde sans agir. Je veux être de ceux qui se récompensent, de ceux qui se donnent la médaille au chocolat, en opposant fierté et orgueuil, comme dans le champ lexical du bon de soi.

j'ai donné et pris, dirait une chanson nostalgique, je donne et prends, mais ne laisse pas le hasard tourner toutes les girouettes. Le vent a bon dos quand il invite au chaos. Oui, Job et d'autres testés parlent du silence, du défi, du bien par le mal. Je, des vies en ces sens. Je creuse cette identité hybride, je ne mangerai pas les déjections incisives qui brûlent la peau. Je veux aller bien, aller vers le bien, même si son détour passe par l'enfer du je.

ça parait facile, hein, la recette de homemade cuisine, mais c'ets l'intention qui compte...

 

Les commentaires sont fermés.