16/01/2010

réalité

dissection coeur agneau

ce que je comprends, face aux autres, à ce que nous vivons, c'est que je dois assimiler ET appréhender qu'il y a plusieurs vies, et non plus une seule, r^evée, fixe ou aléatoire. Une seule vie dans un seul corps est un leurre, auquel j'ai longtemps cr^u, et auquel je crois aussi, dans mon ventre. Il n'est pas de vie unique ou singulière mais bien une série de vies, coupées au scalpel, à l'instar d'un coeur. C'est un deuil après un deuil. C'est une vie après une vie. Le deuil de la vie d'avant, cette petite mort, est la chose la plus simple et la plus prégnante à tenir entre ses mains. C'est exactement ce que la dernière vie doit nous dire. c'est exactement (ou presque) ce que la fin doit nous apprendre. C'est ainsi que nous glissons vers nous-m^emes. J'ai beaucoup de mal à ^etre d'accord. Beaucoup.

Les commentaires sont fermés.