13/04/2016

autre

tu ne sais rien de mon angoisse
rien de mes journées avortées
tu voudrais ombre implacable
coller à ma peau
et suivre le lent cheminement
de la mort dans mes veines
ombre implacable d'un amour
qui aurait pu vivre
comme une semence détachée
de ses yeux

Francis Giauque, Terre de dénuement, 1968.

Les commentaires sont fermés.