29/09/2016

Eros, retourne dans ta cage?

ce moment de servitude
où les images appellent le corps
celui-celle qui attise la braise
dévoile ainsi son incommensurable manque

et celui-celle qui regarde, observe, commente, aime, dévoile à son tour l'incommensurable manque.

les âmes sont vives, violentes, stupides et mensongères, elles invitent celui-celle qui retient tout dans son corps, par habitude, par décret, par pacte intestin, à ne plus être celui-celle qu'il-elle croit mais celui-celle qu'il-elle sait. 

un apprentissage de l'acier, du bois flottant, de l'éther.

2chiromancie-projections.pngSurtout après, il faudrait que la permission reste ouverte et qu'elle ne soit pas recouverte par une plaque d'égout, surnom le plus au sol de la peur.

26/09/2016

il y a quelque chose de pourri aux royaumes des privilégiés

metier-a-tisser-1.jpg

il y aura toujours ces herbes dans les jardins en creux
dans les rêveries vagabondes
entre deux trous de pots d'échappement
et des peaux à ignorer un peu pour mieux lécher
et des inconvenantes délicatesses
et des incommensurables désirs à ne pas être là
et des injonctions du monde en guise d'interstices

et ces cordes sur lesquelles on tire comme des pendus
et ces liens pour lesquels on ne dirait plus rien
et ces exactitudes dont les corps ne foutent
et ces silences qui virevoltent jusqu'à tuer le pas
et les permissions qu'on oublie parce que nous ne sommes plus des gamins
et les sorties de secours terriers trop petits pour nos corps

et rien ne lâche
et tout est lâche
et la pugnacité du végétal
et la véracité de l'animal
et l'inconditionnelle mesure que l'humain aime trop la mort.